Témoignage

Pour commencer à prendre soin de soi, la première chose à faire: en parler.
Découvrez ici un des témoignages récoltés.

Partager sur les réseaux

Hauts les cœurs ♥️

Témoignages

Ils ont fait le premier pas

Merci a ceux qui sont toujours là alors qu’ils sont au bord du gouffre. Vous êtes courageux et je vous admire beaucoup. Vous êtes les rêveurs des jours heureux et j’espère que vous continuerez de l’être. Vous êtes admirables !

Accroche-toi. Tu es une belle personne !

Paix et amour 🧡

Un coup de mou ? Faites ce que vous aimez (écouter votre chanson favorite, faite d’une sieste ou dormez, mangez, faites du sport, allez courir, criez, pleurez,… bref … tout pour se sentir mieux. Tout est permis. Lâchez vous! Fuck les autres, on s’en fiche ! Tu vis dans ta peau et dans ton esprit. C’est toi qui compte.

Cette personne en vaut-elle vraiment la peine ? Faut il vraiment ce mettre dans un état pareil pour ça/pour lui/pour elle ? Est-ce que cela ou cette personne t’aidera à avancer dans TA vie ?

Quand on est au plus bas, on ne peut que remonter 🙂

Prenez du recul. Voyez loin à l’horizon. Respirez. Détachez-vous. Arrêtez de penser sans fin. Occupez-vous en faisant des choses que vous aimez. Tout passe, ce n’est qu’un temps dans le temps.

Dans la vie, je pense qu’il est judicieux de prendre du recul à toute chose et se poser des questions telles que : 1) Est ce « mon » problème ou celui de quelqu’un d’autre ? 2) Est-ce vraiment nécessaire de m’en faire pour cela ? 3) Que se passerait il si j’arrêtais de penser/réfléchir/ruminer ? 4) Est-ce quelque chose d’essentiel dans ma vie ou est-ce une personne/une situation secondaire à ma vie ? 5) Qu’est-ce que je désire vraiment au fond de moi ? (Après avoir pris du recul)

Hello à tous, Je suis une jeune femme enseignante de 29 ans. Suite à une dépression et burn out (il y a 2 ans), je me retrouve à faire des angoisses qui peuvent être plus ou moins « fortes ». Ça va du stress gérable (sans raison) jusqu’à la crise de panique (avec sueurs, tremblements du corps, ne plus savoir m’alimenter, vomissements, diarrhées, perte de poids énorme en peu de jours, énorme fatigue et ensuite contre-coup qui peut durer entre 3 à 5 jours en moyenne). Je suis suivie par une psychologue en relation avec mon médecin et ce depuis 2 ans, avec des rdv de plus en plus espacés. Au départ, j’étais sous antidépresseur et calment durant 1an. Maintenant, je ne suis plus sous antidépresseur après un sevrage. J’ai cependant un médicament de « confort » pour apaiser ce mal-être qui va, qui vient (le fameux calment) uniquement lorsque je ressens ce mal-être. Quand je suis en pleine crise de panique, ce qui est vraiment pire qu’insupportable, je suis très négative. Je n’ai plus de force mentale ni physique. Je suis épuisée. Tout m’agace, m’énerve. Je veux voir mes proches, mais ça va 5 minutes. Je n’ai aucune patience. Je veux tout et je ne veux rien en même temps. Je me sens mal dans ma peau. Je veux sortir de mon corps. A ce moment-là, je n’ai qu’une envie c’est de m’endormir afin de me sentir bien ou en tout cas, ne pas ressentir cela à l’intérieur de moi. Je dis souvent « faut que je me casse ». A chaque fois, il n’y a pas de raison, pas de moment précis non plus. Ça vient quand ça vient. N’importe où, n’importe quand. Je sens quand ça commence et si je ne prends pas mon calment, cela devient infernal. Mis à part cela, j’ai une excellente santé, une vie relativement saine et équilibrée. D’habitude, je suis une personne pleine d’énergie, positive, conviviale, ouverte d’esprit, à l’écoute,… Je remercie infiniment ma psychologue et mon médecin qui m’ont évité de faire un acte irréparable la toute première fois. Ce n’est pas que je voulais … mais la seule solution pour moi à ce moment-là c’était m’endormir et ne plus jamais me réveiller. Je venais d’être maman pour la 1e fois. Bébé avait 1 an. Tout va bien dans ma famille, dans ma vie. J’ai une vie heureuse et épanouie (une chance). Je ne comprends pas pourquoi j’ai cela, encore maintenant, après tout ce travail. Je pense qu’il faut plusieurs année pour guérir. Je pense aussi que je garderai des séquelles de cela (angoisses spontanées) que je devrai maîtriser moi dans mon corps et dans mon esprit. Selon les spécialistes, je suis une personne anxieuse. Je pense également être une personne empathe et hypersensible. Peu de personnes comprennent et beaucoup jugent ! Bien sûr cela n’aide pas. Si vous vous retrouvez dans mon témoignage, prenez courage. Appelez de l’aide à des spécialistes. N’ayez pas peur. L’entourage peut comprendre mais manque d’outils pour nous accompagner comme on voudrait qu’ils le fassent. Ils font de leur mieux mais cela va au dessus de leur pouvoir. Ne les rejetez pas pour cela. Ils ne savent pas faire mieux. Je pense aussi qu’il y a un travail interne à faire. Sans volonté, pas possible de s’en sortir. Cercle vicieux. Gardez espoir ! Ne faites pas de bêtises. Cela s’arrangera mais il faut du temps. Tout ira bien. La vie est belle. Pensez avec légèreté, respirez, arrêtez de penser. Laissez vous vivre. Un jour à la fois, petit à petit. Accrochez vous à la nature et aux choses simples de la vie. Profitez des personnes qui vous aiment. Je pense qu’une des clés est l’Amour ! Courage à tous ! Mes pensées vont pour vous. Il est important de se soutenir. Cass l’instit 🙂